Laura Gauthier

Issue d’un parcours scientifique et après l’obtention d’un licence sur l’étude des communautés animales et végétales, Laura intègre Bloo afin de devenir photographe. Diplômée de la promotion Bachelor 2017/18, sa pratique photographique s’oriente vers une démarche documentaire. Son intérêt porte sur la notion de mémoire, questionnant l’idée du souvenir et de l’héritage. S’appuyant sur des écrits de vie, sur des expériences personnelles, elle compose ses images avec une attention particulière sur le travail de la lumière. Dans sa pratique artistique, elle s’interroge aussi sur la photographie en tant que support visuel et va enrichir son travail par l’utilisation de différents médiums. Dans sa série Les cités, elle introduit un dispositif sonore et un livre issu d’un travail d’archive afin de compléter son discours. Parmi ses influences, on retrouve Anne Golaz, Marine Lanier et Raymond Depardon.


Les Cités, mémoire ouvrière

2018, 17 tirages
Communes de Salaise-sur-Sanne, Roussillon et Péage-de-Roussillon
Photographies numériques et argentiques

Pour ce travail, Laura propose une série photographique sonore et écrite à visée documentaire ayant pour objectif d’interroger la mémoire d’une communauté ouvrière. Elle s’intéresse à l’histoire d’une ville Iséroise, nommée « les Cités ». Autrefois lieu hybride, habité et aménagé par deux usines, Rhône-Poulenc et Rhodiaséta, c’est aujourd’hui une ville oubliée, abandonnée par le patronat.
Par une approche progressive et intimiste, Laura va, sur une période d’un an, parcourir les rues, discuter avec les habitants, rechercher des informations auprès des mairies, des associations. Ce sont alors les détails du quotidien, du trivial, qui sont utilisés comme éléments de récit.
Notre regard se pose sur des instants de vie, sur les habitants et leurs histoires qui se sont narrées au coin des rues. Tous ces éléments témoignent d’un climat particulier, d’une présence, d’une identité forte tendue entre passé et présent. Influencée par le travail de Mathieu Pernot, de Mitch Epstein ou encore de Jean-Luc Moulène pour sa série objets de grève, Laura décide d’ajouter un dispositif sonore ainsi qu’un livre afin d’approfondir son propos. la photographie, la diffusion sonore et les archives créent ainsi un leu de miroir entre le témoignage d’une grandeur passée et le constat actuel d’un lieu délaissé.
Leur voix commune délivre en creux l’histoire de cette cité industrielle.

Laura Gauthier – Promotion Bachelor 2017/18